24h du Mans ’13

LOGOS_24H_2013_2LIGNES_OR Pour la 81e édition des 24 Heures du Mans, il y eu du spectacle. La bagarre qui a opposée Audi et Toyota a bien eu lieu. On l’attendait depuis des mois, on a été gâté. Jusqu’au dernier moment, rien n’était figé. Mais après une course d’anthologie, c’est finalement le géant allemand qui s’impose une nouvelle fois. Toyota qui était venu pour gagner devra se consoler d’une seconde et quatrième place. Maigre consolation pour le clan japonais, mais des lauriers tout de même pour cette Toyota TS030 Hybrid.

Pour l’équipage de la Toyota n°7, alors qu’elle était pointée en troisième position, à seulement 48 minutes de la fin de l’épreuve, Nicolas Lapierre alors au volant, perd le contrôle de son véhicule. C’est un coup de théâtre. La voiture est en mauvaise posture, l’avant est arraché. Elle rentre cependant à son stand. Les mécaniciens ne perdent pas espoir ; il faut réparer et reprendre la piste. En quelques minutes la voiture est démontée, reconditionnée puis repart. Elle finira la course à la quatrième place, devant la troisième Audi, celle des champions du monde 2012.

Pour l’équipage de la Toyota n°2 (Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Stéphane Sarrazin), ce podium récompense des mois d’efforts. A la vue des résultats enregistrés lors des deux premières épreuves du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA, personne n’aurait misé sur cette seconde place au Mans. Oui mais voilà, c’était sans connaitre la détermination de l’équipe japonaise. Ce week-end, les hommes de Toyota ont prouvé qu’ils étaient bien là. Bien sûr, l’avantage de consommation n’ont rien pu faire contre la vitesse de pointe des Audi mais Toyota est toujours aux affaires.

L’édition 2013 des 24 Heures du Mans restera marquée par le décès d’Allan Simonsen. Le pilote avait avoué avant le départ qu’il redoutait les premiers tours de course.

Les 24 Heures du Mans 2013 ont été endeuillées par la disparition tragique du Danois Allan Simonsen survenue lors d’un accident à peine dix minutes après le départ de l’épreuve. Sans parler de sombre pressentiment, Simonsen avait déclaré qu’il redoutait particulièrement ce moment. «Le départ est le moment le plus tendu car c’est là qu’il y a le plus grand risque avec 15 autres dingues sans cervelle derrière vous, plus les voitures « Pro » devant vous. Il faut donc éviter les ennuis tout en accélérant sans discontinuer. Le départ n’est pas vraiment ce que nous attendons le plus avec impatience, mais une fois que les choses sont décantées et que tout le monde a fait un relais, tout va de mieux en mieux.», avait-il confié au site officiel de l’épreuve.

L’homme se faisait cependant une joie de disputer l’épreuve d’endurance pour la septième fois. «Rien que le fait d’être au Mans et d’avoir le droit de conduire la voiture sur la piste est quelque chose d’incroyablement spécial : c’est la plus grande course pour nous. C’est celle que nous attendons avec impatience. C’est aussi difficile car il y a beaucoup d’excellents pilotes qui viennent du monde entier. C’est un défi énorme.»

Pour voir le classement au complet nous vous invitons à cliquez ci-contre → 24H du Mans