Audi Nanuk Quattro Concept

Audi nanuk quattro concept Révélé hier soir en avant-première, lors de la soirée organisée pour la presse par le groupe Volkswagen, ce Nanuk Quattro a un petit air de déjà-vu. Et pour cause… Il est étroitement dérivé du concept Parcour exposé au dernier Salon de Genève par Italdesign Giugiaro.

Selon Audi, la Nanuk Quattro combine la dynamique d’une voiture de sport hautes performances à l’expertise Audi en matière de tenue de route, sur les pistes et en off-road. La voiture mesure 4,541 m de long, 1.990 m de large et 1,337 m de haut et repose sur l’empattement qui est long de 2,710 m. Esthétiquement la Nanuk Quattro reprend la philosophie de la Parcours mais ItalDesign a adapté le dessin au style rigide d’Audi avec notamment la calandre SingleFrame, les aplats de carrosserie ou les Sideblade façon R8. La voiture est construite d’une structure entièrement en aluminium et la carrosserie est faite de fibre de carbone et de CFRP (Carbon Fiber Reinforced Polymere) pour plus de rigidité et de légèreté. Pour accéder à l’espace intérieur de l’auto, Audi a prévu deux portières qui s’ouvrent vers le haut.

L’auto repose sur 4 roues indépendantes qui portent 4 jantes alu en 22 pouces chaussées en 235/50 R 22 à l’avant et 295/45 R 22 à l’arrière. Le freinage est assuré par des disques ventilés en céramique et fibre de carbone. La voiture dispose d’une suspension pneumatique réglable à commande électronique de nouvelle génération que l’on pourrait retrouver sur les futures Audi. Cette suspension peut être gérée automatiquement ou manuellement avec trois positions pré-réglées (normal, +30 mm, +40 mm). Cette suspension peut aussi contrôler de manière autonome la hauteur de caisse en fonction du terrain et de la vitesse de déplacement de l’auto.

Pour passer la puissance au sol, et accessoirement permettre à l’engin de s’échapper hors bitume, la transmission Quattro s’est tout naturellement imposée. Elle se double toutefois d’une suspension pneumatique pilotée plutôt originale. Outre le fait qu’elle permet de régler manuellement la garde au sol de – 30 mm ou + 40 mm, selon que l’on roule sur autoroute ou en tout-terrain, elle peut aussi s’adapter automatiquement en fonction de l’utilisation. C’est alors le système GPS qui détecte sur quel type de revêtement le véhicule évolue. Reste à savoir si cette étrange bestiole a une chance d’être un jour produite en série.

Galerie