Ferrari 488 Challenge

ferrari-488-challenge-1En marge des Finali Mondiali organisées sur le tracé floridien de Daytona, Ferrari a dévoilé sa nouvelle 488 Challenge, qui va remplacer l’actuelle 458 Challenge, réservée à la compétition du même nom.

Comme la F355, la 360 Modena, la F430 ou la 458 Italia avant elle, la Ferrari 488 GTB peut compter sur une gamme pléthorique. Vous en voulez une pour la route ? Très bien, choisissez entre la GTB Coupé ou la version Spider. Vous préférez le circuit ? L’offre est encore plus large avec la 488 GT3, la 488 GTE pour disputer les 24 Heures du Mans, ou, depuis ce week-end, la toute nouvelle 488 Challenge.

L’évolution la plus notable repose sur l’aérodynamique de la voiture. La Ferrari voit désormais ses radiateurs modifiés, afin de mieux gérer le flux d’air sous la carrosserie. Le pare-chocs avant a été entièrement redessiné avec un séparateur plus important. Le capot est aussi revu avec trois prises d’air et des volets intégrés pour diriger le flux d’air chaud des radiateurs vers l’arrière.

Comme toute voiture de course qui se respecte, la 488 Challenge reçoit un aileron plus important afin d’accroître la stabilité à des vitesses élevées. Le profil, en aluminium, est inspiré de celui des Ferrari engagées en WEC.

Les prises d’air situées sur les flancs arrière apportent quant à elles de l’air pour refroidir les freins arrière, tandis que les prises d’air du moteur se trouvent sous l’aileron arrière.

Un gros pas en avant niveau performance, par rapport à l’ancien modèle. La voiture est annoncée comme tournant une seconde plus vite que sa devancière sur le circuit de Fiorano. Ainsi, la 488 Challenge reçoit le moteur de série, le V8 3,9 litres turbocompressé de 670 chevaux, qui a été récompensé comme étant le meilleur moteur de l’année 2016.

Évidemment, le moteur est préparé, tout comme la voiture, qui reçoit un arceau de sécurité, et surtout des trains roulants spécifiques, une boîte de vitesses à rapport plus courts, et un système de gestion du couple évolué. Pour permettre aux pilotes Ferrari Challenge d’adapter la conduite de la voiture à leur style de pilotage, les fonctions de contrôle du véhicule (traction et freinage) sont maintenant gérées indépendamment grâce à l’adoption de trois boutons réglables sur le volant.

L’un est dédié au freinage, tandis que les deux autres, placés de chaque côté du volant, régissent la commande de traction et différentiel électronique.

Un petit bijou de technique, qui promet d’ores et déjà des courses disputées l’an prochain.