Mercedes Classe E

2017-Mercedes-Benz-E-Class-2Après nous avoir fait patienter de longs mois, Mercedes dévoile la dixième génération de son cœur de gamme, la Classe E. C’est lors du salon automobile NAIAS 2016 de Détroit que Mercedes a décidé de montrer cette nouvelle Classe E considéré comme « la berline la plus intelligente ».

La berline à l’étoile entre dans sa dixième génération et grandit un peu plus : 2,93 mètres d’empattement (+ 65 mm) et 4,92 mètres de long (+ 43 mm). L’habitabilité promet d’être donc généreuse mais le style plus fluide que sur l’ancienne génération, avec notamment une ligne de pavillon plus fuyante, pourrait réduire la garde au toit à l’arrière. Au delà d’un design très sage et parfaitement cohérent dans la gamme (petite Classe S ou grande Classe C, cette Classe E est à définir comme bon vous semble), la Classe E revendique un coefficient de traînée de 0,23, ce qui est excellent pour la catégorie et montre le travail effectué sur ces grandes berlines.

A l’intérieur, la grande routière s’inspire encore du vaisseau amiral de l’Etoile et peut recevoir deux larges écrans haute résolution de 12,3 pouces protégés par un verre commun. L’instrumentation est personnalisable et offre le choix entre trois configurations possibles du poste de conduite : « Classic », « Sport » et « Progressive ». Mercedes a également prévu des commandes tactiles au volant qui gèrent l’ensemble de l’info-divertissement. Pavé tactile et commande vocale sont toujours disponibles. L’habitacle abrite exclusivement des LED (écran central, coques de poignée, plancher avant et arrière, vide-poches, ciel de pavillon…). Avec 64 couleurs, les possibilités de personnalisation ne manquent pas.

Côté équipements, l’offre est pléthorique mais il faudra probablement piocher dans les options, comme souvent sur ce segment. La Classe E offrira, entre autres, le système « Air Body Control » qui est un amortissement piloté avec plusieurs lois (confort, eco, sport et sport +), des aides à la conduite en tout genre (détection de fatigue, franchissement de ligne, freinage d’urgence assisté), mais aussi et surtout le « drive pilot » qui est un dispositif de conduite semi autonome. Avec le régulateur adaptatif Distronic, le limiteur électronique (qui fonctionne avec des caméras pour lire les panneaux) ou encore le freinage d’urgence assisté avec fonction « carrefour », la Classe E fait un grand pas vers la conduite autonome en amenant, sur cette nouvelle génération, tout un tas d’outils qui serviront à créer plus tard une voiture totalement autonome. Signalons enfin la présence du « remote park pilot » qui permet de laisser son auto se garer seule à distance.

Côté motorisations, la Classe E débutera en concessions en avril 2016 avec deux moteurs à quatre cylindres : la E 200 essence de 184 ch et la E220 d diesel de 195 ch. De quoi constituer un coeur de gamme avant de monter ensuite en puissance avec la E 350 e, l’hybride rechargeable à essence d’une puissance cumulée de 279 ch et d’un couple total de 600 Nm. L’offre diesel de la gamme Mercedes Classe E sera coiffée par la E 350 d à moteur à six cylindres délivrant 258 ch tandis qu’au sommet de la palette essence on trouvera la E 400 forte d’un V6 de 333 ch.

Mercedes tentera ensuite de démocratiser la Classe E 2016 avec une version diesel d’accès délivrant 150 ch qui très vraisemblablement sera nommée E 200 d. Et en essence, la marque comblera le vide entre la E 200 et la E 400 à l’aide de deux versions à quatre cylindres : E 220 de 211 ch et E 250 forte de 245 ch.

Les tarifs n’ont pas encore été dévoilés mais ils devraient l’être à l’occasion du salon de Genève, dans quelques semaines.

Aperçu de la galerie






Galerie